Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 22:08

Voici une petite présentation de la façon dont s'organise un voyage maritime de véhicule. Autant dire que c'est du boulot, d'où notre silence studieux ces derniers temps !

 

Après avoir collecté des renseignements auprès de consuls de France au Brésil (Belém et Macapa), de Français en Guyane, de transitaires maritimes et de voyageurs expérimentés, sur les taxes portuaires et douanières, le coût du transport maritime, l’état des routes, l’intérêt touristique, la langue, le prix des billets d’avion et le temps de vol, notre choix s’est porté sur ... la Guyane française, au grand plaisir des voyageurs de la communauté "CC en Amérique du Sud" (http://fr.groups.yahoo.com/group/lelien-amsud) toujours à la recherche d’informations nouvelles (les départs se font plus fréquemment de Buenos Aires).

 

Le camping-car embarquera donc sur le Tropicana, navire de la compagnie Höegh, au départ du Havre, en roulier. Il sera transbordé à Kingston, en Jamaïque et livré par un feeder au port Degrad de Cannes.Hoegh Tropicana

 

La compagnie ne traitant pas en direct avec ses clients, nous avons fait appel à un transitaire. Après mise en concurrence des transitaires EOL, Transfer International, Marfret, Centrimex, Long Cours (devis à disposition) ..., nous avons retenu Autotrans en raison d’un taux de fret* intéressant (je vous fais grâce des autres termes techniques).

* J’ai appris un nombre incroyable de choses avant même d’avoir quitté Boulogne !

 

Sandrine Mercier s'est occupée du devis, Josiane Callegari du contrat, Grégory Colnet de la réservation et Amal Yajid de l’assurance, enfin, dernier maillon de la chaîne, Elisabeth Pierre de la livraison.

 

Même pas perdus pour aller au port du Havre, n°1706 !

Quel lieu incroyable ! C'est le royaume du camion, autant dire que le camping-car est petit, même s’il arrive encore à se faire remarquer grâce aux quelques autocollants apposés en urgence.

Camion au Havre

Il est absolument fascinant de voir les cargos chargés de conteneurs (nous en avons vu un qui contenant au moins 13 lignes et 13 colonnes de conteneurs), escortés par des remorqueurs dans les méandres du port.

C’est une véritable aventure à vivre !

Bon, regardez bien dans le rétro quand même car les employés du port roulent comme des fous, soit qu’ils sont en retard pour embaucher, soit qu’ils sont pressés de rentrer.

Et puis, évitez l’heure du déjeuner car l’aire de pique-nique accueillante ou le restaurant pittoresque ne fait pas encore partie des services proposés aux touristes égarés.

 

La livraison s’est passée sans soucis, une fois qu’Autotrans a formalisé le contrat, fait le tour du camping-car et fourni une liasse que nous avons déposée à un autre service, au sein du port, avec le camping-car et les clés !

Bon voyage ! 

Et là, ça fait quelque chose quand même ! La joie d’un projet d’un an qui se concrétise un peu plus, l’inquiétude que le camping-car vive mal le voyage et la frustration de le laisser partir avant nous ...

Départ : 4 juillet - Arrivée : 14 août 


Mais les enfants nous attendent à Boulogne alors nous filons ; il reste un peu de boulot avant notre « grand » départ. Que ceux qui n’ont pas reçu mon mail concernant la location de notre appartement se manifestent !

 

La suite sera sans aucun doute plus émouvante et très enrichissante...

Rendez-vous le 5 août !


 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 15:12

Lundi, 22h, affalés dans le canapé de l’appart’ à Boulogne, JC et Charlotte se regardent : « Ouf, on se pose, enfin ! ». Et oui, c’est la fin d’un vrai marathon (avant l’heure : Jean-Christophe court le marathon de Paris dimanche prochain) dont le but était de récupérer notre CAMPING-CAR ! 

 

Tout a commencé un samedi gris d’octobre, jour où – avant de se détendre à Forges-les Eaux en famille – nous avons décidé d’acheter un camping-car ! Direction le salon du Bourget, rencontre expresse avec les Tsagalos (voir sites à découvrir) pour LA signature. Rendez-vous pris en avril.

 

Nous y voilà, la concession Ypocamp nous appelle le 28 mars : « votre camping-car vient d’arriver, vous pouvez venir le chercher à compter du 6 avril. » Petite phrase anodine ? Oui, sauf que ... la concession se trouve à Vesoul (premier défi : s’y rendre), la zone de gardiennage en Normandie (deuxième défi : s’y rendre) et qu’il faut bien s’entraîner un peu aussi (troisième défi : la prise en main).

 

1er défi : ...t'as voulu voir Vesoul et on a vu Vesoul... 

 

Première recherche sur le site voyagesncf :

« – Oh, un TGV y va !

– Euh, non, c’est seulement Paris-Dijon

– Et après ?

– Un TER jusqu’à Besançon et un bus jusqu’à Vesoul

– Ah ... »

 

Finalement, un train intercité part de Paris vendredi à 18h42, parfait ! Allez, les enfants, en route. Ne perdez pas le ticket de métro, donnez la main, Edouard dans le sac à dos, et la valise (remplie de sièges auto !), et le pic nic, et l’ordi (pour les DVD) et l’appareil photo (forcément ...) et le petit paquet fragile pour les Tsagalos qu’on retrouve samedi midi (enfin 14h, mais vous comprendrez plus tard).

 P1110843

Les enfants sont ébahis, encore peu habitués à sortir de chez eux autrement qu’en trottinette, devant le métro qui arrive. Ils comptent les stations, s’assoient par terre, veulent jouer à cache-cache !! Entassés sur la ligne 4, une dame très gentille me propose sa place.

P1110845 

 

 

 

 

 

 

 

 

« – vous êtes italienne ? lui demandais-je. Non, espagnole ?

– Si. Soy de Ecuador.

– Oh, me voy a viajar en Ecuador el año próximo con mi familia …

que si patatín, que si patatán

– Charlotte, il faut descendre ! »

 

Et voilà comment le métro nous prépare déjà au voyage : invitation faite à rencontrer sa famille et celle de son mari à Cuenca, en Equateur tandis que ce couple reste encore quelques années en Espagne pour un doctorat et quelques jours à Paris, profitant des congés de la Semana Santa.

 

Petite pause plutôt concentrée dans le hall de la gare de l’Est, les enfants voulant à nouveau jouer à cache-cache, quelle idée !

 

Enfin le train s’affiche, quai n°4 et là, le trip commence ! Je repense aux propos d’Anne-Hélène : « c’est cool, vous aurez un compartiment pour vous, ça va être tranquille » ...

 

P1110860Queue de train, le premier compartiment est déjà bien rempli (quelle idée de s’arrêter prendre des photos toutes les 2 secondes aussi). On change de stratégie et on file au bout du quai, wagon de tête. Génial, un carré, les enfants s’installent, Jean-Christophe cale la valise, on se pose et on lève les yeux, qui s’écarquillent au fur et à mesure qu’on découvre le champ de bataille devant nous : les gens arrivent, comme charriés par une vague invisible, aussi bien du dehors que du dedans ! Mais on est le dernier wagon !

Drrrinnng, le départ ... le couloir est saturé, certains se font déloger car des places sont réservées. Echange de regards inquiets avec Jean-Christophe. Je suggère qu’on déballe le pique-nique histoire de vraiment marquer le territoire mais Jean-Christophe me fait remarquer à juste titre que les gens ne pouvant pas bouger, ceux qui ont eu la chance de pouvoir réserver une place ne sont pas près de pouvoir y poser leurs fesses.

 

 

C’est parti pour 3h30 de train, des rigolades, des miettes, des doudous mais pas de dodo.

 P1110875P1110913

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vesoul, terminus pour nous. 22h, il y a du monde sur le quai qui disparaît en 2 minutes, un peu comme un flashmob. Un (seul) taxi attend patiemment devant la gare, enseigne lumineuse au rouge. Et oui, je l’ai réservé depuis Boulogne car à Vesoul, on ne travaille pas la nuit, môssieur ... ! Un grand merci à la dame de l’accueil de l’hôtel Ibis pour le tuyau (et pour sa proposition de venir nous chercher si on n’avait pas trouvé de taxi).

P1110928

La nuit est courte, le réveil matinal, tant chacun est impatient de découvrir l’engin.

9h pétantes, nous sommes tous dehors à attendre M. Jeanniot, patron de la concession, qui nous a gentiment proposé de nous amener à la concession.

P1110936

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et là, paperasses, poisses et compagnie, rien d'étonnant. ½ heure après, les enfants peuvent enfin libérer les camping-cars d’expo pour découvrir « le camping » comme ils disent.

P1110940P1110958

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Timothée est collé aux baskets de Jean-Christophe et de la personne qui nous fait les présentations, ne ratant pas une miette et déjà plus expert que moi sur l’emplacement et l’usage des différents éléments du camping-car tandis qu’Adrien et Edouard dévorent le panier de gourmandises locales offert par la concession.

 

P1110954 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Hip hip hip, hourra ! » crient les enfants en cœur au moment où le moteur vrombit.

 

« C’est dingue, me dis-je, complètement dingue, on a un camping-car ! » J’en ai presque le vertige ... il faut dire, on est haut !

 

2ème défi : en route pour retrouver ... les vaches rousses, blanches et noires sur lesquelles tombe la pluie...  

11h50 : j’appelle les Tsagalos pour leur annoncer notre arrivée d’ici une heure (temps de trajet Vesoul – Besançon). Nous sommes arrivés à 14h, après 4 tours du même rond-point, 2 demi-tours et un détour de 100 km ! No comment ...

 

Mais là, on se sent bien, à partager un petit verre et à récolter des tonnes et des tonnes de conseils et d’impressions (heureusement que ça ne prend pas de place).

Luc et Corinne encadrent Jean-Christophe qui s’essaie à la manœuvre (demi-tour dans une cour à peine plus large que la longueur du camping-car, et bien sûr ne résistent pas à la tentation de visiter le Tandy 642, très différent du leur, le Tandy 640 !

 P1110988

 

 

17h : on s’arrache difficilement de ce lieu accueillant, regrettant d’avoir pris l’option autoroute jusqu’en Normandie plutôt que de prendre notre temps et découvrir la région. On finira bien par ralentir le rythme !

 

 

 

 

 

En attendant, roule, roule, roule, rrrronnnn psssiiiiittttt ...

 P1120021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23h : chacun a retrouvé son lit douillet, à l’Argilière, rêvant de paysages vallonnés et d’une bonne nuit dans « le camping ».

 

 

3ème défi : ...Dis connais-tu la baie de Somme, entre Vimeu et Marquenterre...

Après la chasse aux œufs de Pâques, les enfants font les stocks et filent se caler dans le camping-car : « alors, on y va ? ! »

Mais oui, tout y est, la vaisselle, le papier toilette, les sacs de couchage et les planches bien sûr. En route pour l’aventure ...

 P1120042

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2h de route (et un demi-tour plus tard, décidément ...), nous avons trouvé notre nid du soir, au bout d’un chemin qui mène au marais du Crotoy.

Nous nous offrons une petite promenade revigorante (il fait froid, le ciel est couvert et le vent souffle), les pieds dans le sable et la tête dans la capuche. Pendant ce temps, la soupe à la tomate se réchauffe doucement, distillant son odeur sucrée dans le camping-car.

 

Tandis que nous dinons, les enfants détendus et les parents hyper stressés, imaginant les parois en tissu blanc se teinter de façon disgracieuse au fur et à mesure des repas, quelqu’un frappe à la porte. La discussion sera brève mais cordiale et efficace : l’homme, un habitué, nous avertit que des contrôles sont fréquents la nuit pour déloger les camping-cars. Il nous conseille de nous installer 2 mètres plus loin, juste avant le panneau d’interdiction de stationnement. Ce qu’on fait le ventre rempli et la vaisselle propre. Bonne nuit !

 

 

VrroOOOOUUUUUUUMmmmmmm. 7h du matin. Que se passe-t-il ? Où suis-je ?

Le temps d’émerger, nous découvrons les tracteurs qui se succèdent pour déposer les pêcheurs à pied, au taquet pour fournir aux visiteurs gourmets du Crotoy coques et moules toutes fraîches pour le déjeuner.

      P1120048

 

Nous prenons notre temps cette fois, admirons un faisan et des chevaux de passage, des lapins aussi dans les dunes, avant de retrouver la civilisation et les démonstrations de désapprobation de la population locale face à l’envahisseur qu’est le camping-car. Heureusement, gâtés par la bienveillance d’un grand nombre de personnes depuis le début du week-end, notre bonne humeur n’est pas entamée.

Après une après-midi très calme (voir Ma (première) session 2012 au Crotoy), le bal des retours commence jusqu’à Boulogne. 

 

C’était trop court ... Plus que 4 mois avant le départ !

Cliquez ici pour voir les photos

 

Pour être au plus près de nos aventures, n'oubliez de vous inscrire à la newsletter (accueil, colonne de droite) 

Partager cet article

Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 11:46

Comme j'aimerais vous présenter un site beau, impeccable, avec des belles images et des textes intelligents, des choses inattendues ou sensationnelles ! En fait, non, pas tout à fait ...

 

J'ai fait ce site pour vous faire vivre notre voyage, que vous ayez l'impression d'être assis à nos côtés dans le camping-car, secouer de tout votre corps sur les routes non asphaltées de là-bas, ou les pieds bien plantés dans le sable chaud à scruter l'horizon, pour que vous soyez là aussi dans nos galères, à changer un pneu sur un véhicule de 3,5T ou à s'envoyer des noms d'oiseaux parce que "t'as pas indiqué la bonne route et que t'as rien compris à ce que je viens de te dire et que c'est pas ma faute si les panneaux sont à l'envers !".

 

Rassurez-vous, on va éviter de vous raconter notre quotidien, sauf s'il a quelque chose d'atypique, ce qui devrait arriver de temps à autre ...

 

En attendant grosse perturbation, attachez vos ceintures :

La compagnie maritime à qui nous prévoyions de confier notre camping-car vient, en bonne conscience professionnelle, de renoncer à assurer notre voyage ! Et oui, les douanes brésiliennes ont une réputation qui n'est pas connue de tous mais une fois qu'on s'intéresse au sujet, on se rend compte que c'est le casino : une chance sur 2 de ne pas pouvoir récupérer son camping-car tant les taxes "pourraient" être élevées.

Les textes brésiliens qui autorisent les touristes à importer temporairement un véhicule ne sont pas (très souvent) appliqués... 

 

Voilà de quoi être contrariée, moi qui ai passé tant de temps à trouver mon billet d'avion pour Bélem (voir Billets d'avion) !

 

Il faut donc être bien renseigné, ce qui s'avère pour l'instant impossible (bien que notre détective privé soit actuellement en contact avec le Consul de Bélem en personne pour arranger les choses - identité tenue secrète pour les besoins de sa mission)...

... ou alors ARRIVER EN GUYANE FRANCAISE, TRAVERSER L'AMAZONIE, FRANCHIR DES PONTS EN BOIS, TRAVERSER LE FLEUVE EN BARGE EN 48 HEURES. La compagnie maritime n'y voit aucun inconvénient et nous non plus !

 

Surveillez votre blog favori, une surprise peut survenir à tout moment !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 00:00

Une nouvelle étape est franchie, incontestablement !

 

Après le camping-car, acheté en octobre dernier au salon du Bourget, sans même avoir expérimenté l'engin ne serait-ce qu'une seule fois (!!), l'achat des billets, laborieux, confirme la réalité de notre projet.

 

Afin d'obtenir un prix intéressant, mieux vaut s'y prendre à l'avance. Le hic, c'est qu'un billet ne peut être réservé plus d'un an à l'avance.

 

Pour l'aller, pas de soucis, enfin presque puisqu'il faut :

1° Etre sûr que le camping-car arrive à Belém. C'est déjà laborieux car les transitaires et les blogs déconseillent d'arriver au Brésil, sauf la compagnie maritime Marfret qui nous sauvent (voir page liens) !

 

2° Etre sûr d'arriver avant le camping-car tout en partant après un mariage familial incontournable ! Nous partirons donc un mercredi afin d'avoir le temps de repérer les lieux et de s'imprégner de la langue brésilienne avant l'arrivée du camping-car, au plus tôt le lundi suivant...

 

3° Etre sûr de passer un bon vol, ce qui signifie partir le soir et arriver de jour. De cette façon, les enfants dormiront (pourvu que ...) et nous ne serons pas déboussolés en arrivant la nuit, tout service inopérant.

 

4° Avoir les pépettes sur le compte bancaire mais surtout ne pas exploser le plafond !!!! Et là, il a fallu un peu de temps.

 

BREF, j'ai rempli 50 fois le moteur de recherche Google, 20 fois le formulaire de recherche Air France, 10 fois le formulaires de coordonnées à faire apparaître sur les billets, 5 fois le numéro de carte bancaire et j'ai eu 1 CONFIRMATION POUR LE 8 AOÜT 2012 !!!!

 billets d'avion

Pour ce qui est du retour, il reste un peu de travail ...

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 00:00

P1100496 2

 

 

Bonjour à tous,

Nous avons choisi, pour 2012, de nous lancer à l’aventure et de faire une pause professionnelle d’un an pour nous rendre en Amérique du Sud dans le cadre d’un projet fou ...

Pourquoi partir ?

Parce que nous pensons que voyager est une source inestimable d’expériences pour nos enfants et nous-même ;

Parce qu’il faut vivre chaque chose à 100% : consacrer 1 an pour aller au bout de ses passions, ce n’est finalement pas beaucoup ;

Parce qu’essayer de faire les choses différemment est un challenge qui nous excite

 

Nous avons une vie à 300 à l’heure, partagée entre un boulot passionnant, trois garçons pétillants d’énergie et des loisirs !

La pratique du windsurf nous a guidé en de nombreux lieux et nous a rendu sensibles aux enjeux d’environnement. Aujourd’hui, elle nous amène à initier un grand projet de sensibilisation à la protection des plages et du littoral.

Quel meilleur terrain de jeux que les plages sud-américaines pour répondre à l’ensemble de ces besoins ?!

 

Ce blog a vocation à vous présenter notre projet, vous permettre de nous suivre et de partager nos émotions ou vous de nous faire part des vôtres !

Bonne navigation et surtout que l’année 2012 soit belle pour chacun d’entre vous !

 

A très bientôt

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 20:45

M-9 mois :

Ca y est, j'ai l'impression d'être face à un miroir et de me détailler du regard afin de savoir ce qui est vraiment moi ! Ce projet, c'est nous, nous 5 car chacun y met du sien et se réjouit à l'idée de le vivre.

Pour l'instant, il se traduit surtout par quelques échanges en espagnol à l'heure du petit déjeuner ! Y a du boulot ...

Ce blog est idéal pour vous donner des nouvelles, vous faire partager nos découvertes et émotions. La terre, certains la connaisse déjà, nous ne sommes pas de grands explorateurs ! Toutefois, nous allons l'aborder avec un regard bienveillant. Quant à la population, chacun est tellement différent que notre expérience sera sans aucun doute enrichissante pour tous !

Bonne découverte, bon voyage dans ces pages !

Partager cet article

Repost0